Je participe ce soir à l’émission « C à Vous » ce soir sur France 5. J’y prépare un biryani de crevettes…

Publicités

L’exposition d’Isabelle Rozenbaum, dans le cadre de l’opération « Culture des Laits du Monde » organisée par la Milk Factory aura lieu du 12 mai au 26 juin à la Galerie Deborah Zafman à Paris.

Vous pourrez voir dans cette exposition les magnifiques photos d’Isabelle réalisées en Tunisie, au Sénégal et lors du voyage en Inde que nous avons fait ensemble.

Pour un petit avant-goût, Isabelle a eu la gentillesse de me laisser publier deux photos que je vous laisse découvrir…

Galerie Deborah Zafman
3-5 Passage Des Gravilliers – Paris 3

Exposition
du 12 mai au 26 juin 2010
du mardi au samedi, de 13h à 19h – entrée libre

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le blog d’Isabelle, L’Oreille Culinaire.


Ces yaourts sont « tout verveine » car à la fois la préparation de lait est parfumée à la verveine et le yaourt repose sur une petite couche de sirop de verveine.

J’aime beaucoup la verveine. Je trouve qu’il est tout à fait dommage de la cantonner au rôle de tisane alors que c’est un parfum de dessert extraordinaire. J’ai découvert récemment le délicieux sirop de verveine de chez Bigallet qui est devenu un objet d’expérimentation idéal!

C’est en lisant le livret réalisé par l’excellente Stéphanie Biteau pour la yaourtière Seb, dont je viens de faire l’acquisition, que j’ai eu l’idée de réaliser ces yaourts avec une petite couche de sirop en dessous. Stéphanie précise qu’il faut couler la préparation de lait sur le sirop avec une petite cuillère : c’est un truc de barman dit-elle… Pour moi qui a passé une partie de ma jeunesse à réaliser des B52, ces cocktails multi-couches dont je suis fan, ce truc a fait immédiatement tilt !

Ingrédients

1 litre de lait

1 poignée de verveine

1 yaourt

Sirop de verveine

Faites bouillir le lait pendant 5 minutes (vous aurez ainsi des yaourts plus fermes). Faites-y infuser la verveine.

Laissez tiédir la préparation (en dessous de 40°). Mélangez-y la yaourt.

Versez une cuillérée à soupe de sirop de verveine dans chaque pot. Répartissez délicatement la préparation de lait dans les pots en la faisant couler sur le dos d’une cuillère à café.

Mettez en yaourtière en suivant les instructions du constructeur et réservez au réfrigérateur.

PS : bien évidemment, il faut de la bonne verveine. Je vous conseille celle de Joël Thiébault, dont le parfum est juste incroyable…


J’ai le plaisir de vous proposer deux nouvelles dates de cours à la Fraich’Attitude avec ma mère.

Le mercredi 12 mai entre 12h et 14h, le thème sera « apéritif à l’indienne » et le mercredi 19 mai entre 12h et 14h, « mes premiers pas en cuisine indienne ».

Et pour une fois, il reste de la place alors n’hésitez pas à vous inscrire directement sur le site !

La cuisine fraîch’atittude
60, rue du Faubourg Poissonnière
75010 Paris
Tél. : 01 49 49 15 15

Prix du cours : 20 €


Happy Vishu !

15Avr10

Aujourd’hui, c’est Vishu ou le nouvel an du Kerala.

En ce jour, dès l’aube, toute la famille se retrouve pour célébrer une pooja (prière) spéciale « Vishu Kani ». Nous nous retrouvons autour de l’autel où la maîtresse de maison a disposé des épices, du riz dans un pot en terre décoré, des légumes et des bananes, des noix de coco, de la mangue, des fleurs de saison…et des bijoux en or. C’est une manière auspicieuse de commencer l’année. Nous nous retrouvons pour partager le Sadya au déjeuner, ce repas de fête végétarien servi sur des feuilles de bananes. La tradition veut que les aînés offrent des cadeaux au plus jeunes notamment des vêtements neufs : j’adore !

Je vous souhaite une journée très auspicieuse, qui est la meilleure façon de commencer cette année !

Today, we celebrate Vishu, our New Year in Kerala.

We start the day at dawn with the “Vishu Kani”, a special pooja (prayer). All the family gathers at the pooja room where the elder woman of the family has prepared a ritual arrangement of auspicious items like rice, spices, bananas…flowers and gold jewellery.  At lunch, we share the Sadhya, a delicious vegetarian meal served on banana leaves. Elder are supposed to give gifts like new clothes: I love that tradition!

I wish you an auspicious day, which is the best way to start an auspicious year.


L’un des aspects de la cuisine indienne que je trouve le plus fascinant est la street food, toute ces délices que l’on peut manger à tous les coins de rue. Lors de mon dernier voyage, nous avons avec Isabelle dégusté beaucoup de belles choses au cours de nos pérégrinations : pani puri, samosas, chole chaat, vada…. ont ponctués nos différentes étapes. Isabelle m’a vivement encouragé à photographier cette cuisine de rue, faite de gestes simples mais toujours très précis et très beaux comme ici, dans une toute petite cahute au Central Market de Bangalore.

Les « uzhunnu vada » comme nous les appelons au Kerala sont des beignets à base de soja noir pelé, relevé d’épices ayant la forme d’anneaux. On les sert généralement avec un chatni de noix de coco dans le Sud de l’Inde. J’aime tout particulièrement leur goût et leur texture, à la fois aérienne et croquante.


Ingrédients pour 12 pièces

200 g de soja noir pelé (urad dal)

3 grosses échalotes

10 feuilles de cari

1 morceau de piment vert de 2 cm

1 morceau de gingembre de 3 cm

1 cuillerée à café de levure chimique

½ cuillerée à café de sel

Huile pour la friture

Lavez le soja noir pelé et faites-le tremper dans l’eau froide pendant 4 heures.

Épluchez et émincez les échalotes. Lavez et coupez finement les feuilles de cari.

Égouttez le soja et mixez-le jusqu’à obtenir une pâte parfaitement lisse. Ajoutez le piment et le gingembre. Salez et mixez encore un peu. Déposez la pâte dans un saladier. Incorporez les échalotes, les feuilles de cari et la levure. Mélangez bien et laissez reposer 30 minutes minimum.

Partagez la pâte en 12 portions. Sur une feuille de papier d’aluminium huilée, étalez, avec vos doigts mouillés, chaque portion de pâte en un cercle de 5 centimètres de diamètre ; faites un trou au milieu pour former des anneaux.

Faites chauffer l’huile dans une friteuse. Plongez-y les anneaux au fur et à mesure et laissez-les dorer à feu moyen 3 minutes de chaque côté.


Égouttez les beignets sur du papier absorbant. Servez-les chaud.


Isabelle Rozenbaum, mon amie photographe, qui a réalisé les photos de mon dernier livre, m’a proposé un projet fabuleux : l’accompagner en Inde pour l’aider à préparer une exposition pour le CNIEL (Centre Interprofessionnel de l’Économie Laitière) sur les « Cultures des Laits du Monde ». Pour cette exposition, Isabelle couvre le Sénégal, la Tunisie et l’Inde.

J’ai donc réfléchi à tout ce que m’évoquait le lait en Inde : à la fois un ingrédient essentiel de l’alimentation et un produit aux nombreuses mythologies pour les hindouistes.

J’ai voulu montrer à Isabelle les innombrables usages du lait dans la cuisine indienne : le chai, ce thé au lait sucré et épicé que l’on boit à tous les coins de rues, le buttermilk ou petit lait qui sert de base à une délicieuse boisson salée, les lassis, le ghee ou beurre clarifié en conserve, les pâtisseries à base de lait réduit comme les gulab jamun ou les rasmalai… Nous avons aussi exploré les traditions dans leur diversité géographique, de Bangalore à Delhi, en passant par le Gugarat.

Notre parcours est ponctué de rencontres incroyables avec des gens très différents : patron d’une usine ultra-moderne à Bangalore, petits fermiers avec leurs vaches dans le Karnataka, éleveurs de buffles dans le Gugarat, fabricants de pâtisseries à Delhi…

Nous sommes aussi passées par des étapes spirituelles, dans différents temples, dont notamment Dwarka, la ville mythologique de Krishna, le dieu qui a été élevé parmi les vachers et dont la gourmandise ultime est le beurre.

En plus de ce voyage extraordinaire, Isabelle a eu la grande générosité de me donner quelques conseils pour améliorer ma photographie : j’ai l’impression de faire un saut quantique !

Je vous invite à découvrir quelques photos sur le blog d’Isabelle et à venir voir en mai l’exposition (infos à suivre).